Observatoire National

Les dernières lettres d'information de l'OMIN...

Newsletter 5Newsletter 5 (762.22 Ko)

Newsletter 4 v2Newsletter 4 v2 (824.37 Ko)

Newsletter 3 finaleNewsletter 3 finale (451.52 Ko)

Newsletter 2 finaleNewsletter 2 finale (779.17 Ko)

Newsletter1finalNewsletter1final (342.14 Ko)

 

 

Vous trouverez en pièce jointe le dépliant de l'observatoire national sur la mort sinttendue du nourrisson, sous la responsabilité du Docteur Levieux, membre d'honneur de l'association SA VIE.

Brochure omin final 1Brochure omin final 1 (1.22 Mo)

 

NOVEMBRE 2014 : L'oberservatoire des Morts inattendues du nourrisson est mis en place - en attente de financement

L’objectif de cet observatoire est de recenser tous les éléments, les analyses effectuées, les résultats lors du décès, afin d’identifier des axes de recherche et d’ouvrir ainsi des programmes de recherche.

Cet observatoire, sur lequel sera adossé une bio collection, mis en place en novembre 2014 a pour objectif

- d'obtention de données epidémiologioques précises (afin d'identifier entre autres les morts subites du nourrisson des morts inattendues du nourrisson)

- le développement  de la recherche médicale dans le domaine des MIN

- l'identification des nouveaux facteurs de risques

L'association SA VIE se mobilise pour financer cet observatoire soit au travers des dons recus soit au travers des evenements que réalisent l'association SA VIE.

La condition essentielle pour que cet observatoire ou registre puisse être pertinent est que tous les enfants décédés de mort inattendue du nourrisson soient conduits dans les centres de référence et non à l’Institut médico-légal (IML), ou tout au moins qu’il y ait une vraie synergie de travail entre les centres de référence et IML, et ce dans un objectif de recherche des causes médicales, basées sur les recommandations de la Haute Autorité de Santé sur les décès inexpliqués d’enfants.

L’association a déjà sollicité le ministère de la Santé le 12 novembre 2012 sur ce sujet. L’association ré insistera  très prochainement auprès ce ministère sur ce pré-requis essentiel.

Les décès anténataux, au-delà de 34 semaines d’aménorrhée, ne sont pour l’instant pas intégrés dans cette initialisation, imputable à la complexité des recensements, à la multiplicité des maternités et au fait que les enfants décédés ne sont pour l’instant pas dirigés vers les centres de références.

Prochainement le Flyer de cet OMIN sur le site.

 

 

perinat-france-org3.gif